Vous êtes ici

Mobilisation du réseau CRICS-TRIGGERSEP pour améliorer la prise en charge des patients infectés par le Covid 19

Prise en charge des formes sèvères de Covid-19 : une méta-analyse incluant l'étude CAP-COVID plaide en faveur de la corticothérapie.

Selon le communiqué de presse de l'Inserm, le repositionnement médicamenteux de corticoïdes est récemment apparu comme une piste thérapeutique à explorer. Des scientifiques de l’Inserm, du CHU de Tours et de l’AP-HP publient ce 2 septembre les résultats de l’étude CAPE-COVID dans le Journal of the American Medical Association, en parallèle de la publication dans cette même revue d’une méta-analyse coordonnée par l’OMS et l’Université de Bristol, regroupant 7 études (dont CAPE-COVID). Pris collectivement, les résultats de ces travaux montrent qu’un traitement par corticoïdes diminuerait de 21% le risque de mortalité des formes sévères de Covid-19.

L’essai CAPE-COVID est un essai multicentrique français promu par le CHRU de Tours et dirigé par le Pr. Pierre-François DEQUIN, chef du service de médecine intensive – réanimation du CHU de Tours, au sein du Centre d’étude des pathologies respiratoires (Inserm/Université de Tours), avec le Pr Djillali Annane, chef du service de médecine intensive réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré, AP-HP, Université Paris-Saclay et en collaboration avec le réseau de recherche CRICS-TriGGERSep, coordonné par l’Inserm.

Communiqué de presse de l'Inserm

En savoir plus sur la composante CRICS-TRIGGERSEP

 

(c) 2015 - F-CRIN - Tous droits réservés